La santé du pis et la qualité du lait

Aller en bas

La santé du pis et la qualité du lait

Message  cindy59000 le Sam 20 Sep - 23:23

Un bon verre de lait et des biscuits, ça remonte le « Canadien »! Les éleveurs, l’industrie laitière et les vétérinaires entretiennent une collaboration de tous les instants pour offrir aux consommateurs du lait frais, exempt de résidus médicamenteux, et produit par des vaches en santé.

La production du lait et des produits laitiers, comme le fromage et la crème glacée, commence dans l’étable, où la propreté des enclos et des stalles, la qualité de la nourriture et les soins généraux contribuent à la santé du troupeau laitier. Une vache de bonne lignée, en bonne santé et présentant une bonne conformation du corps, du pis et des pattes sera une bonne productrice. Une vache heureuse et en santé produit plus de lait, et c’est un facteur que les éleveurs prennent au sérieux. L’entretien du sol contribue aussi à la santé des vaches, car il prévient les chutes. L’élimination des mouches, une bonne aération, le réglage de la température et du taux d’humidité, et le regroupement adéquat des vaches contribuent à leur bien-être général. Elles consacrent alors plus de temps à manger et à ruminer. Pour sa part, le vétérinaire veille à ce que les animaux reçoivent les vaccins et les vermifuges nécessaires, et il peut agir comme conseiller en soins préventifs. Il est plus économique de prévenir les problèmes de santé, comme la mammite, que d’intervenir quand ces problèmes surviennent.

La mammite est une infection de la glande mammaire. Le pis se compose de quatre quartiers, chacun produisant du lait qui sort par un trayon. L’infection touche un ou plusieurs de ces quartiers. L’inflammation des tissus peut réduire ou stopper la production du lait, altérer le lait, causer de l’enflure et de la douleur, voire raccourcir la période de lactation de la vache ou la période de sa vie pendant laquelle elle produit du lait, si une infection non maîtrisée endommage gravement les tissus. Le lait des vaches souffrant d’une mammite ne peut pas être vendu, de sorte que la vache doit être retirée de la salle de traite jusqu’à sa guérison. Si une épidémie de mammite se manifeste dans un troupeau, les revenus de l’éleveur risquent d’être durement touchés. Le vétérinaire fait des cultures pour déceler la bactérie responsable de l’infection et pour choisir un antimicrobien selon les résultats des tests de sensibilité de cette bactérie. Le traitement médicamenteux est suivi d’un délai d’attente pendant lequel les résidus du médicament sont éliminés par l’organisme de la vache, avant que cette dernière retourne à la salle de traite.

L’informatique permet de suivre de près la production laitière et la qualité du lait, de sorte que les épidémies peuvent être enrayées avant qu’elles gagnent du terrain. La numération des cellules somatiques et d’autres mesures permettent un dépistage précoce, tout en assurant au transformateur et au consommateur qu’ils achètent du lait de bonne qualité. La numération des cellules somatiques sert à mesurer le nombre de globules blancs et de cellules épithéliales dans le lait. Les glandes mammaires irritées libèrent plus de ces cellules que les glandes en santé. La détermination du point de congélation et la numération des bactéries à l’aide du Bactoscan représentent d’autres moyens de vérifier la qualité du lait.

La prévention de la mammite exige le recours à des mesures d’hygiène strictes, chaque fois que l’on donne des soins aux vaches. Avant la traite, il faut désinfecter les trayons. La traite se fait rapidement une fois que l’éjection du lait a commencé et que les trayons laissent échapper des gouttes. Il est important de vider complètement le pis, mais une traite excessive risque aussi d’irriter le pis. Le réglage minutieux de la trayeuse mécanique est nécessaire pour éviter de blesser les tissus sensibles des trayons, et il importe de bien entretenir et nettoyer toutes les pièces de la trayeuse, de manière à éviter que des bactéries ne s’y logent.

Une fois le lait dans les conduits de la trayeuse, il est acheminé vers des réservoirs réfrigérés jusqu’à ce qu’il soit livré au transformateur. La réfrigération continue et l’emploi exclusif d’équipement stérilisé garantissent que le lait demeure intact. Si on laisse la température du lait monter, les quelques bactéries qui s’y trouvent proliféreront. L’exposition à l’air et à la lumière du jour altère aussi le lait. Certaines installations de transformation recourent maintenant à la microfiltration pour débarrasser le lait des particules qui s’y trouvent, ce qui permet de le conserver plus longtemps.
avatar
cindy59000
Admin
Admin

Messages : 421
Date d'inscription : 19/09/2008
Age : 31
Localisation : Lille

Voir le profil de l'utilisateur http://helpanimals.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum