Les affections courantes du sabot chez le cheval

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les affections courantes du sabot chez le cheval

Message  cindy59000 le Sam 20 Sep - 23:16

Le vieux diction « Pas de pied, pas de cheval » est aussi vrai aujourd’hui qu’il y a des siècles. Un cheval en santé est un cheval dont les sabots le sont aussi. Cette partie de leur anatomie leur permet certes de marcher, mais aussi, très souvent, de se reposer. En effet, les chevaux peuvent « dormir debout » en barrant les jointures des pattes pour ne pas tomber.

L’entretien des sabots fait partie intégrante des soins donnés aux chevaux. Il faut nettoyer les sabots avec un cure-pied tous les jours et avoir recours aux services d’un maréchal-ferrant toutes les six à huit semaines. En vous assurant que le pâturage et la stalle de votre cheval sont propres et secs, vous réduirez les risques de contamination bactérienne. Les sabots sont une partie complexe et résistante de l’anatomie du cheval : ils supportent généralement une bonne partie des 455 kilos que pèse un cheval moyen et subissent ce choc des milliers de fois par jour!

L’état de la fourchette détermine en grande partie celui du sabot. Cette masse triangulaire, qui recouvre le coussinet plantaire, est un excellent « amortisseur » et, pour aider le plus possible à la décomposition des forces, doit fouler le sol lorsque le cheval se déplace. Une bonne alimentation contribue grandement à la santé de la fourchette, de la sole et de la paroi du sabot. L’exercice régulier est également important, puisqu’il favorise la circulation sanguine et la croissance de tissus sains et forts. La plupart des chevaux qui fournissent un effort léger ou modéré sur des surfaces meubles n’ont pas besoin de fers. Les sabots d’un cheval non ferré s’aplatissent, aidant ainsi à amortir le choc lorsqu’ils foulent le sol. Cependant, il faut ferrer les chevaux que l’on fait travailler sur des surfaces dures et accidentées, ou qui doivent fournir un effort soutenu, car ces conditions mènent à l’usure de la corne des sabots.

Description de quelques affections courantes

L’échauffement de la fourchette – L’humidité, la saleté et l’absence d’un curage régulier des sabots favorisent l’apparition de cette infection dans les lacunes de la fourchette, créant des lésions tissulaires et l’accumulation de sécrétions noires et nauséabondes. Les tissus mous de la fourchette sont les plus durement atteints. Il existe plusieurs produits qui permettent de traiter l’infection, et le nettoyage et le bourrage du sabot au moyen de ces produits sont utiles, mais il est préférable de prévenir l’infection. Si le cheval est déjà atteint, un maréchal-ferrant ou un vétérinaire enlèvera une partie des tissus atteints pour favoriser l’aération et éviter le plus possible que du fumier ou de la boue ne se logent dans le sabot. Si l’infection a atteint un stade avancé, le cheval devra peut-être porter des fers ou des bottillons spéciaux jusqu’à ce qu’il ait suffisamment récupéré. Fournir au cheval une stalle ou un pâturage sec est le meilleur moyen de prévenir l’infection ou d’en accélérer la guérison.

Clou de rue – Ce type de blessure doit son nom aux clous que perdaient jadis les innombrables chevaux qui peuplaient nos villes. Dans les rues pavées, le clou se coinçait facilement entre deux pavés, à la verticale. Aujourd’hui, c’est le gravier qui est généralement, quoique pas toujours, à l’origine de cette maladie. Parfois, si les sabots sont secs ou si le cheval a souffert de fourbure, la ligne blanche à la jonction de la sole et de la paroi du sabot, là où celui-ci foule le sol, peut se séparer spontanément sans l’infiltration de gravier. Tout agent infectieux qui s’infiltre dans le sabot peut causer cette affection. Le cheval risque de boiter gravement puisque l’infection se répand à l’intérieur de la paroi du sabot, créant souvent des abcès. Avec le temps, du pus peut apparaître dans les talons. Tous les chevaux atteints devraient être examinés par un vétérinaire.

Les randonnées sur routes peuvent représenter des risques pour le cheval qui circule sur du gravier fin, car celui-ci risque de s’infiltrer dans la région de la ligne blanche. Parce que cette partie du sabot est un peu moins dure que le reste de la surface qui foule le sol, le gravier peut s’y infiltrer et créer un milieu favorable à l’infection. La prévention passe par l’installation de plaques protectrices, le curage régulier des sabots et les soins d’un maréchal-ferrant.

Les bleimes – Les bleimes, qui altèrent la couleur de certaines parties de la sole du sabot, résultent du choc causé par des surfaces dures comme les chemins de gravier. On peut aider à les prévenir en protégeant les soles avec des plaques et en évitant de circuler sur des chemins de gravier pointu. Certains chevaux ont une sole plus mince que d’autres et sont plus susceptibles de souffrir de bleimes. Si la surface de la sole est bleutée, il se peut que de minuscules fissures se soient formées, qu’elles soient infectées et qu’un abcès soit en train de se former.

Les seimes – Certains chevaux ont les sabots secs et cassants. Le cas échéant, un traumatisme peut entraîner le fendillement ou la fissure de la paroi du sabot. La fourchette d’un sabot cassant est rétrécie et sèche, n’amortissant pas suffisamment le choc et transférant l’effet à la paroi. Le fendillement des quartiers (sur les côtés, près de la face arrière du pied) est fréquent en pareil cas, mais il peut apparaître dans n’importe quelle région affaiblie du sabot, par exemple à la pince ou au talon. Il faut faire traiter les fissures dès leur apparition par un maréchal-ferrant ou un vétérinaire, ou par ces deux professionnels si l’état du sabot le justifie. Dans le cas de petites fissures peu profondes, il s’agira de limer la paroi autour de la fissure et peut-être de placer une plaque protectrice qui déplacera les points de pression pour qu’ils n’aggravent pas la fissure. Si la fissure est longue et profonde, il faudra opter pour un traitement plus vigoureux comprenant souvent le recours à une résine spéciale et à d’autres techniques pour préserver l’intégrité du sabot jusqu’à ce que la corne repousse.

Les propriétaires de chevaux devraient aussi connaître les facteurs de risque de la fourbure, du syndrome naviculaire et d’autres affections plus graves, et les moyens de les prévenir. Demandez à votre vétérinaire de vous recommander des ouvrages sur les affections du sabot du cheval.
avatar
cindy59000
Admin
Admin

Messages : 421
Date d'inscription : 19/09/2008
Age : 29
Localisation : Lille

Voir le profil de l'utilisateur http://helpanimals.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les affections courantes du sabot chez le cheval

Message  Harapoc le Mar 23 Sep - 1:39

Les abcès causés par la ferrure (clou mal positionné) c'est la merdouille, heureusement que c'est rare !! Ma jument en fait un actuellement et c'est pénible pour elle. Et notre autre cheval un papy pur sang anglais qui a toujours eu des pieds hyper fragiles nous fait des abcès régulièrement à cause de fourbures mal soignées par ses anciens proprio. Donc on a quelques petits trucs. Déjà pour repérer un abcès (hormis le fait que le cheval boite) il faut toucher le sabot de la jambe qui boîte. Un cheval qui fait un abcès aura le sabot chaud (même si c'est parfois difficile à sentir en début d'abcès). Pour bien faire la différence, il ne faut pas hésiter à toucher les autres sabots pour comparer. Pour s'assurer que le problème vient bien du pied, il faut manipuler en douceur chaque articulation. En général, le membre du pied affeté va s'engorger et devenir chaud. On peut alors "l'aider, le soutenir" en mettant des bandes repos. Attention, il faudra en mettre aux deux antérieurs ou postérieurs car on ne met jamais de bandes de repos seulement à une jambe. Et prudence, si vous ne savez pas poser de bandes de repos abstenez vous car ça peut faire plus de mal que de bien, notement au niveau des tendons.
En cas de doute, il vaut mieux amener son cheval chez le véto.
Pour faire "mûrir" un abcès, on fera un bain de pied tiède avec du son de blé 2 à 3 fois par jour ou un cataplasme à base de graines de lin à renouveller 2 fois par jour (plus difficile pour des chevaux au pré).
Une fois que l'abcès a percé, il faut continuer les bains de pieds tiède pour que tout sorte bien. On peut alors ajouter un désinfectant dans l'eau pour éviter une autre infection par l'endroit où l'abcès est sorti.
avatar
Harapoc
Admin
Admin

Messages : 16
Date d'inscription : 19/09/2008
Age : 35
Localisation : Bretagne (56)

Voir le profil de l'utilisateur http://harapoc.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum