Fièvre aphteuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fièvre aphteuse

Message  cindy59000 le Sam 20 Sep - 22:56

La fièvre aphteuse est une virose grave hautement transmissible, qui affecte les bovins et les porcs. Le virus peut aussi s’attaquer aux ovins, aux caprins, aux cerfs et à d’autres ruminants artiodactyles. Les éléphants, les hérissons et certains rongeurs y sont aussi sensibles, mais ne présentent pas de signes cliniques. La maladie se caractérise par de la fièvre et la présence de lésions semblables à des cloques sur la langue et les lèvres, dans la bouche, sur les mamelles et entre les onglons. Même si bon nombre des animaux atteints se rétablissent, ils demeurent faibles et asthéniques. La maladie n’a toutefois pas de prise sur les chevaux.

Le Canada est indemne de la fièvre aphteuse depuis 1952.

Et la santé publique?

La fièvre aphteuse est extrêmement rare chez l’être humain. Il ne s'agit pas d'une menace pour la santé publique et N’A RIEN À VOIR avec la maladie des mains, des pieds et de la bouche provoquée par le virus Coxsackie chez les humains.

Comment se propage la fièvre aphteuse?

Les animaux, les humains et le matériel peuvent disséminer la maladie Un foyer apparaît quand :

les gens qui portent des vêtements ou des chaussures contaminés ou se servent d’équipement infecté transmettent le virus aux animaux sensibles;
des animaux porteurs du virus sont introduits dans des troupeaux vulnérables;
on se sert d’installations ou de véhicules infectés pour retenir ou déplacer des animaux sensibles;
on nourrit les animaux vulnérables avec de la viande ou des produits animaux infectés par le virus ou avec des déchets alimentaires crus ou mal cuits contenant de la viande ou des produits animaux infectés;
des animaux sensibles sont exposés à du matériel contaminé, comme du foin, des aliments, de l’eau, du sperme ou des produits biologiques.


La fièvre aphteuse est-elle une maladie grave?

La fièvre aphteuse est une affection virale extrêmement grave des bestiaux et compte parmi les maladies animales les plus contagieuses. Elle entraîne une chute majeure de la production parmi les bestiaux domestiques. Au Canada, nos animaux y sont très vulnérables. En cas d’épidémie, le virus peut se propager rapidement partout au pays à cause des déplacements réguliers de bestiaux. À moins d’un dépistage précoce et d’une éradication immédiate, les pertes pourraient s’élever à des milliards de dollars dès la première année. Les animaux sauvages, comme les cerfs, les wapitis et les bisons, pourraient être atteints et constituer un réservoir du virus.

Que pouvez-vous faire?

Pour prévenir la dissémination de n’importe quelle maladie, tous les gens qui visitent une ferme devraient respecter des consignes de biosécurité rigoureuses, notamment laver et désinfecter tous leurs effets personnels ainsi que l’équipement utilisé à d’autres exploitations agricoles et qu’ils apportent avec eux. Il est particulièrement important de nettoyer et de désinfecter les chaussures ou de fournir aux visiteurs d’autres articles chaussants.

Si vous voyagez :

Déclarez toute la viande et tous les produits laitiers ou autres produits animaux que vous désirez rapporter au Canada.

Si vous avez visité une exploitation lorsque vous étiez à l’étranger, assurez-vous que les vêtements et les chaussures que vous portiez au moment de votre visite sont exempts de sol et de fumier. Nettoyez et désinfectez vos chaussures. Il est recommandé de faire nettoyer les vêtements à sec.

Restez à l’écart des exploitations agricoles canadiennes pendant une période de 14 jours (tel que recommendé par l’Office Internationale des Épizooties) après votre retour au Canada.

Si vous êtes un éleveur au Canada :

Si vous recevez des visiteurs de pays où sévit la fièvre aphteuse, assurez-vous que ceux-ci ont respecté des règles d’hygiène personnelle élémentaires et qu’ils ne portent pas d’effets personnels, en particulier des chaussures, susceptibles d’abriter le virus de la fièvre aphteuse. Bien que les humains ne risquent pas de contracter la maladie, ils peuvent en être vecteurs. Empêchez toute personne de visiter votre exploitation ou votre ranch pendant une période de 14 jours.

Si vous soupçonnez la présence de la maladie au sein de votre troupeau :

La fièvre aphteuse est une maladie déclarable en vertu du Règlement sur la santé des animaux. Cela signifie que quiconque croit que des animaux peuvent en être atteints doit obligatoirement en informer l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA).


Vous devez isoler l’animal malade et téléphoner au bureau local de l’ACIA. De plus, quiconque a été en présence de l’animal malade à la ferme doit éviter d’entrer en contact avec d’autres éleveurs. Dans la mesure du possible, personne ni rien ne doit entrer sur la propriété ni en sortir jusqu’à ce qu’un vétérinaire de l’ACIA, dûment formé pour formuler un diagnostic, n’ait enquêté sur le cas.

Veuillez appeler votre bureau local de l’ACIA (au numéro indiqué dans les pages bleues de l’annuaire téléphonique) ou référer à la liste des personnes-ressources d’importation au site web (www.cfia-acia.agr.ca/francais/anima/heasan/import/conperf.shtml) pour obtenir d’autres renseignements généraux sur la fièvre aphteuse ou sur la situation de la maladie dans d’autres pays.

Que fera l’ACIA?

L’ACIA enquête sur tous les rapports concernant les maladies ayant des symptômes analogues à ceux de la fièvre aphteuse. Cette maladie peut être confondue avec plusieurs autres maladies animales. Les vésicules ou cloques constituent les signes cliniques les plus évidents. Les cloques apparaissent sur le nez, la langue et les lèvres, entre les onglons, au-dessus des sabots et sur les mamelles. Les lésions sur les pattes provoquent une forte claudication et une réticence au mouvement. Parmi les autres symptômes, on peut citer la fièvre, la dépression, la perte d’appétit et la chute de la production de lait. Dès que l’on observe l’apparition de cloques ou d’autres signes typiques de la maladie, l’on procède à des analyses de laboratoire au Centre national des maladies animales exotiques à Winnipeg, afin de confirmer le diagnostic. Les animaux affichant des symptômes très semblables à ceux de la fièvre aphteuse seront mis en quarantaine ou le seront dès que le laboratoire confirmera le diagnostic.

Si l’on confirme la présence de la maladie au Canada, l’ACIA ordonnera immédiatement la mise en quarantaine de toutes les fermes où se trouvent des animaux vulnérables et qui avoisinent la ferme déclarée infectée, afin d’y vérifier la présence de signes de la fièvre aphteuse. De plus, il faut accentuer la biosécurité à la ferme afin d’éviter la propagation de la maladie au Canada si celle-ci s’y est introduite. Le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire fera une déclaration afin de délimiter la zone de lutte. À partir de ce moment-là, les déplacements des animaux sensibles et du matériel potentiellement contaminé dans la zone d’éradication seront interdits, sauf avec l’autorisation de l’ACIA. L’ACIA procédera aussi à une surveillance et à des épreuves poussées jusqu’à ce que le foyer soit enrayé.

Médias et communications publiques

Même si l’on croit en l’absence de la maladie, il est essentiel de ne pas spéculer en cas de doute sur celle-ci, et ce, jusqu’à ce que le diagnostic soit confirmé par un laboratoire de l’ACIA. On veut ainsi prévenir toute désinformation susceptible de provoquer la panique.

En cas d’apparition d’un véritable foyer de fièvre aphteuse, les éleveurs doivent consulter le personnel de l’ACIA et les représentants sectoriels désignés avant d’en parler publiquement ou d’en informer les médias.
avatar
cindy59000
Admin
Admin

Messages : 421
Date d'inscription : 19/09/2008
Age : 29
Localisation : Lille

Voir le profil de l'utilisateur http://helpanimals.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum